La véritable histoire de l’enfant sauvage de Songy

2fdfd8b7f2d9df2df2fbb8c52e95a0d3--wild-child-stock-image

En 1731, deux sauvageonnes surgissent des bois aux environs de Trois-Fontaines dans la Meuse, et traversent à la nage la rivière de la Marne, frontière naturelle de la Champagne et de la Lorraine. L’une d’elle disparait (un seigneur avouera beaucoup plus tard l’avoir abattue), la deuxième se réfugie dans un arbre à proximité de Songy.
La jeune fille est capturée par les habitants du village et confiée dans un premier temps à un fermier puis elle est prise rapidement sous la protection du vicomte d’Epinoy (elle sera placée ensuite dans plusieurs institutions). Ses protecteurs lui attribuent de concert une « dizaine » d’années (en fait on s’apercevra 270 ans plus tard qu’elle en avait 19 et qu’ils avaient fait cela pour la protéger).
Au moment de sa « capture », sa peau est recouverte de boue noire et elle ne s’exprime que par des cris aigus, se déplace très rapidement, ses yeux bougent extrêmement vite dans leurs orbites, son organisme rejette toute nourriture cuite ainsi que la farine de blé, elle se jette sur le gibier, le dépeçant extrêmement rapidement pour l’engloutir cru. Ce comportement suggère qu’elle et sa compagne ont du vivre en autarcie complète dans la forêt pendant plusieurs années.
La fillette dont personne ne connait l’origine et dont le comportement ressemble à celui d’un animal sera l’attraction du XVIIIe siècle, la reine Catherine Opalinska, femme du roi Stanislas, propose de la prendre sous sa protection, mais c’est le duc d’Orléans qui aura cette faveur !; L’enfant sauvage inspire encore aujourd’hui nos contemporains. (Mowgli, Truffaut…),

Après des soins attentifs, la jeune fille recouvre un langage « articulé » et commence à livrer ses mémoires qui seront retranscrites par La Condamine (scientifique et amie de Voltaire) dans un livre intitulé  » Histoire d’une jeune fille sauvage, trouvée dans les bois à l’âge de dix ans.  »
Elle dit s’appeler Marie-Angélique d’Olive, et ses quelques souvenirs aideront bien plus tard à retracer son histoire, reconstituée par Serge Aroles en 2004. Son âge véritable permet de situer sa naissance en terres amérindiennes en 1712. Son peuple (les renards) ayant été exterminé, elle est adoptée en 1718, par madame de Courtemanche femme de colon de la Nouvelle-France, qui vit au Labrador. Cette dernière embarque en 1720, avec ses 3 filles et une « sauvageonne » sur l’Aventurier, vaisseau de la Marine Royale, pour fuir le Labrador, contrée devenue hostile. Débarquées toutes les 5 à Marseille en pleine épidémie de peste, Marie-angélique est alors confiée au sieur Ollive, qui tient une manufacture de soie à Marseille. De là, et probablement après un viol car elle supporte aucun contact physique masculin, la fillette s’enfuit avec une enfant de son âge, esclave noire, probablement originaire du Soudan ou d’Éthiopie, et dont l’histoire n’a pas été retrouvée.
Les enfants de 10 à 12 ans doivent leur survie à leurs origines, notamment à la force de la fillette noire, décrite comme plus grande de taille, et par l’origine amérindienne de Marie-Angélique, qui, très jeune en Nouvelle-France, avait appris à se protéger du grand froid en s’enfouissant dans des terriers d’animaux.

Marie-Angélique meurt en 1775, à Paris où elle réside, dans des circonstances assez floues, on soupçonne qu’elle a été empoisonnée, car étant relativement riche à la fin de sa vie, elle avait prêté beaucoup d’argent à un bourgeois de Bourgogne, le sieur Goisot. Une personne qui visiblement ne souhaitait pas la rembourser, d’où ces mots de Voltaire  « empoisonnement ? cherchez l’apothicaire », la fille du sieur Goisot était servante chez l’apothicaire du prince de Conti, où elle aurait eu toute aisance de se procurer les poisons les plus variés.

Article PFDebert
Source, Histoire d’une jeune fille sauvage, trouvée dans les bois à l’âge de dix ans. © Gallica
L’énigme des enfants-loups©Serge Aroles 2004

sauvage

vaisseau-royal-description-1400pt

 

Samuel_de_Champlain_Carte_geographique_de_la_Nouvelle_Francept

El-libro-de-la-selva-de-Rudyard-Kipling-(1894)

L’enfant sauvage © François Truffaut
Vaisseau-royal-description©mandragore2.net
Samuel_de_Champlain_Carte_geographique_de_la_Nouvelle_Francept ©biblio.brossard.ca
El-libro-de-la-selva-de-Rudyard-Kipling-(1894)

Laisser un commentaire