Madame du Barry est née 8 rue du Paradis à Vaucouleurs

« …./… Chacun sait que Vénus
Naquit de l’écume des ondes… »


Ces quelques vers du chevalier de Boufflers (fils de la favorite du roi Stanislas) illustrent la guerre entre deux célèbres lorrains :
De Choiseul (1), ministre de Louis XV et madame Du Barry, favorite de ce même roi.
Grand perdant, Choiseul fut exilé à Praslin, puis Chanteloup…

Il faut dire que la Du Barry avait de sérieux atouts contre son adversaire, on comparait son teint à des pétales de rose tombés dans du lait, ses yeux avaient le bleu vif d’une fleur de gentiane, ses dents étaient parfaites et la finesse de sa peau n’était comparable à aucune autre.

Elle s’appelait Jeanne Bécu, on la surnommait L’Ange.
Elle était née d’un père inconnu à Vaucouleurs, petite cité où son grand-père (réputé comme le plus bel homme de Paris) avait suivi la comtesse de Ludres pour laquelle il était cuisinier.

Quelques années après sa naissance, sa mère et elle s’étaient installées à Paris, accueillies et protégées par d’illustres familles.

Après quelques années au couvent, mademoiselle « L’Ange » tomba dans le piège de monsieur Du Barry, gentilhomme beau parleur qui l’avait repérée alors qu’elle était vendeuse chez madame Labille, marchande de mode (oui la mère de la célèbre future peintre Labille-Guiard).
En rencontrant cet affreux bonhomme, Jeanne Bécu scellait son destin.On dit que, monsieur Du Barry de hâta de marier sa proie à son frère pour pouvoir la vendre à Louis XV.

Destin envié mais fatal, lorsque vingt ans plus tard, le 7 décembre 1793, le tribunal de sang ordonna l’exécution de l’ancienne favorite…

Article©PFDebertExilde Choiseul

Laisser un commentaire