Lucrèce d’Artemisia Gentileschi atteint le record mondial de 4,7 millions d’euros

(ventes Artcurial 14 novembre 2019)

(1593-1652) – Italie
Artemisia-Lomi Gentileschi est une peintre italienne de l’école Caravagesque active à Rome, Florence puis Naples au cours du XVIIe siècle. Artemisia est formée dans l’atelier de son père, Orazio Gentileschi, l’un des plus grands peintres de la Rome baroque et proche du Caravage. 
Cet humble père s’incline très rapidement devant le talent de sa fille, lui laissant signer, fait rare pour l’époque, sa première œuvre Suzanne et les vieillards pour lancer sa carrière. Elle n’a alors que 17 ans.
Artemisia devient une figure féminine de référence et son œuvre s’érige rapidement contre la domination masculine de son époque. Violée par un collaborateur de son père, l’artiste se sert de son art pour dénoncer ce crime et le crier à « la face » du monde. Sa technique du clair obscur, appliquée à des effets dramatiques saisissants, est d’une rare virtuosité.
Très prisée de son vivant, son œuvre tombe dans l’oubli au XVIIIe s.
En 2019, Lucrèce d’Artemisia atteint 4,7 millions d’euros chez Artcurial.
(Article © PFDebert – Page extraite de mon futur dictionnaire des femmes artistes)

Article © PFDebert – Page extraite de mon futur dictionnaire des femmes artistes
Autoportrait d’Artemisia Gentileschi dépeint comme Sainte Catherine d’Alexandrie 
Autoportrait Artemisia Gentileschi

2 Replies to “Lucrèce d’Artemisia Gentileschi atteint le record mondial de 4,7 millions d’euros”

  1. A.M. Ivankov-Diaz dit : Répondre

    Bonjour,

    Un beau et très « sombre » film a été consacré à l’artiste-peintre Artemisia. C’est d’ailleurs grâce à ce film (en 1997) que j’avais découvert cette artiste, qui est magnifique de courage et de persévérance dans l’adversité.
    Sur Youtube on ne trouve que la bande annonce de ce film. Pour ceux que cela intéresse le lien du film complet, en français, est ci-dessous :

    https://ok.ru/video/1560736697030

  2. En effet, ses tableaux ne laissent pas indifférents ! J’ai été impressionné par une scène d’égorgement aux Offices à Florence (Judith et Holopherne) : celui d’un homme par une femme, très sanglant !
    Merci Pascale !

Répondre à jpf Annuler la réponse