Des mollets de compet’

On dit que l’homme aurait inspiré la décoration et aurait servit de modèle au mobilier Louis XV à l’arrivée d’un moyen de locomotion fort commode.

Sous Louis XIV, les rues de Paris était si boueuses qu’on ne pouvaient sortir qu’en bottes, droites et rigides. L’arrivée du carrosse  fut une révolution pour tous ces gentilhommes bottés qui se montrèrent en « jarretier » découvrant leur mollet aux rondeurs harmonieuses, il faut croire que cette vue impressionna très fort les regards car la colonne droite et rigide mise en vogue par l’architecture classique fur détrônée par des formes « à mollet ». Pieds de chaises de tables, de commodes de lits, tous les piétements  furent gratifiés à cette époque de renflements significatifs.

Le saviez-vous ? Les hommes, pour ne pas avoir des « mollets de coq  » sous leurs bas de soie, en mettaient des faux !

Article © DR Pascale Fourtier Debert d’après L’art en anecdotes, Albin Michel 1898_03_pedia  A_Parqueterie_Commode

Projet de cheminée. Dessin. Nicolas Pineau. Vers 1730-1735. Musée des Arts Décoratifs, Paris. Inv. CD 1686. © Musée des Arts Décoratifs.Commode attribuée à Caffieri. Faisait partie à l’origine de la collection du Hamilton Palace.
Fauteuil recouvert de tapisserie de Beauvais dont les sujets sont tirés des fables de la Fontaine.

Laisser un commentaire