Le fantôme amoureux

On dit que La Clairon, célèbre comédienne parisienne, aurait été harcelée par l’esprit de son premier amant. Ayant rompu avec ce dernier, déjà très empressant de son vivant, celui-ci l’aurait mal pris au point d’en « mourir » et jura sur son lit de mort de la hanter. Un soir, alors qu’elle donnait une réception chez elle, un hurlement retentit à 23h précise, ce cri terrible entendu par tous sonnait le glas de son amant (il mourut à cet instant précis) et la poursuivit partout tous les jours à 23h pendant 2ans 1/2. La tombe de la Clairon se trouve au Père Lachaise (allée du dragon), et le fantôme d’un homme éconduit hante toujours son allée …

Cette célèbre actrice de la Comédie Française au XVIIIe, Clairon de la Tude, fut souvent confondue avec notre petite Clairon lorraine, Martine Lebrun de son vrai nom et qui était la fille du « directeur de la comédie de feu le duc de Lorraine Léopold », la jeune fille faisait partie de la troupe de comédie que Stanislas avait réunie dès la première année de son séjour en Lorraine.
Grande amie de la Graffigny, la petite comédienne séjournait souvent à la cour du roi Stanislas, mais n’y fera pas une carrière exceptionnelle…
Elle meurt à Lunéville en 1779, à l’age de 68 ans, assez misérablement mais dotée d’une petite pension obtenue grâce à la protection de Panpan Devaux.

La Clairon, portrait © Quentin de La Tour
© Article Pascale Fourtier Debert

Laisser un commentaire