L’épicerie dite « à la vierge »

Au XVIIIe siècle, la maison à l’angle de la rue St-Dizier et de la place du marché abrite une bien belle histoire; celle de la famille Isabey.
En 1760, M. Isabey, épicier, qui dit-on « n’a pas le cœur enlisé dans la cassonade » aime les arts et il destine ses deux fils à des carrières d’artistes.
Il dit à son ainé Louis, « tu seras peintre » et à son cadet Jean-Baptiste, « tu seras musicien ». Mais les deux frères sont aussi mauvais l’un que l’autre dans les disciplines qui leur sont imposées,  Louis est aussi malhabile avec des pinceaux que son frère l’est avec un violon. Le père leur permet alors l’échange, et l’histoire devient merveilleuse.
Jean-Baptiste est rapidement proclamé le plus doué des élèves de son maître le peintre Claudot, quand à Louis le musicien, il donne un récital de violon à l’âge de 14 ans !
Après une déception amoureuse, le peintre monte à Paris où (après bien des déboires) il rencontre Marie-Antoinette qui lui commande des portraits miniatures, on l’appelle dés lors, « le petit peintre de la Reine ».
Ayant échappé à la guillotine qui n’épargne pourtant pas les peintres « des aristocrates » il passe la révolution sans encombre dans l’atelier de Jacques-Louis David, où il croque… « des élus du peuple ».
Il donne ensuite des cours de dessins aux enfants de Joséphine de Bauharnais et devient tout naturellement le peintre officiel de Napoléon Bonaparte (bon, après avoir été peintre de Marie-Antoinette, Jean-Baptiste se tourne dans le sens du vent).
Son frère, louis, deviendra premier violon de l’empereur de Russie.

1808-hortense-de-perregaux_med

Miniature de Hortense de Perregaux – 1808

Jean-Baptiste Isabey représente en Europe l’excellence de l’école française de miniaturistes. A l’époque, il n’y a pas de photographe, et on commande les portraits auprès des miniaturistes.

Article © DR Pascale Fourtier Debert

640px-GERARD_Francois_Jean_Baptist_Isabey_Miniaturist_With_His_DaughterJean-Baptiste Isabey et sa fille, par François Gérard
ME0000029310_3
Jean-Baptiste Isabey par Vernet © insecula.com

epicerie_vierge2

epicerie_vierge

photographie © DR Pascale Fourtier Debert

Laisser un commentaire