La Chantilly, petite danseuse de la Cour de Lunéville, créatrice de l’Opéra-Comique !

Favart-03

chantillyok

La première danseuse de Stanislas va révolutionner le théâtre en créant avec son mari, M. Favart, l’opéra comique !
Fille de deux musiciens de la Chapelle du roi de Pologne, la petite Justine Cabaret Duronceray apprend la danse, la musique et la littérature à la cour de Lunéville, sous la protection du roi Stanislas qui a repéré ses talents exceptionnels.
La petite danseuse de « Lunéville » parait pour la première fois, en 1749, sur les planches de la Foire Saint-Julien à Paris, sous le nom de Mlle Chantilly.
A cette époque l’Opéra n’est pas accessible au peuple et une nouvelle façon de jouer la comédie est en train de naître sur les tréteaux des foires. On y chante, on y danse, on y parle, ce sont les débuts de l’Opéra-Comique.

Le succès de Mllle Chantilly est tel qu’il va provoquer jalousie, persécution, harcèlement et heureusement  gloire et reconnaissance …

Les grands théâtres, jaloux de cette prospérité, demandent et obtiennent la suppression de ce genre de spectacle, on impose à la comédienne de jouer sans chanter et sans parler, mais elle n’en joue que mieux… la pantomime, révolutionnant l’art du mime !
Douée de tous les talents, Mlle Chantilly fait tourner les têtes et les cœurs, le premier à tomber sous son charme est le directeur du théâtre qui l’épouse rapidement et on ne la connaitra bientôt plus que sous le nom de Mme Favart.
Après son mariage, la jeune femme est harcelée par le maréchal de Saxe qui pour arriver à ses fins, fait fuir son mari par une lettre de cachet et la fait séquestrer jusqu’à ce que la pauvre cède à ses instances.
Le public privé de sa petite divette, et qui ne sait trop ce qui se passe, la réclame à grands cris.
Seule la mort du maréchal délivrera le couple de ce harcèlement.
De retour à Paris, sa carrière est une suite de succès dans des œuvres qu’elle co-écrit avec son mari.
Elle imite parfaitement les différents patois et accents de l’époque. Elle est la première à monter sur scène en habit de paysanne avec ses sabots (auparavant, on n’hésitait pas à interpréter une paysanne en robe à paniers).

Madame Favart, innovatrice d’un genre qui précéde de cent ans celui des opérettes, meurt le 21 avril 1772, elle est inhumée à Saint-Eustache, selon son désir.
La petite danseuse de Lunéville fut danseuse, comédienne, musicienne virtuose, auteur-compositeur, réformatrice, et créatrice, avec son mari, de l’opéra-comique en France.

Article © PascaleFdebert et gif animé d’aprèsFrançois Hubert Drouais © PascaleFdebert
Son répertoire :
Roxelane (les Trois Sultanes),
1755, Les Amours de Bastien et Bastienne, parodie de Rousseau
1754, La fête de l’Amour, ou Lucas et Colinette,
1757, Les Ensorcelés, ou Jeannot et Jeannette.
1760, La Fortune au village, parodie d’Eglé.
1761, Annette et Lubin.

chantilliy1

Portrait présumé de Madame Favart en costume de Babet ©rmn

M. et Mme Favart

chantilliy6

Mme Favart pastel de Quentin de la Tour Musée de Saint-Quentin

chantilliy5

La jardinière
Boucher François (1703-1770) (d’après)
peintre Demarteau Gilles (1729-1776) ©BnF,

chantilliy4

Mme Favart, dans Minette à la cour
Boucher François (1703-1770) (d’après),
peintre Lebas Jacques-Philippe (1707-1783),graveur et dessinateur ©BnF,

chantilliy3

Madame Favart, rôle de Roxelane, pensionnaire du roi, reçue à la Comédie Italienne en 1752

chantilliy2

Tête de jeune femme, vue de profil, tournée à gauche
Moreau Jean Michel, le Jeune (1741-1814) peintre, graveur
Album Moreau Jean-Michel
Favart-04

 

 

2 Replies to “La Chantilly, petite danseuse de la Cour de Lunéville, créatrice de l’Opéra-Comique !”

  1. J’ avais parlé de cette personne à JL JD, une exposition serait la bienvenue…

    Amitiés

    G LEGRAND

    1. c’est une très bonne idée, il y a de quoi faire et peut-être même remonter une pièce de l’époque,
      Bastien et Bastienne est dans le programme à l’opéra de Paris cette année !
      c’est dans l’air du temps
      Amicalement
      Pascale

Laisser un commentaire