Comment la fille de « Bourgeois de Nancy » s’est retrouvée peinte dans le plus simple appareil sur le plafond de l’hôtel de ville !

morot

Chapeaux haut de forme, redingotes et robes corsetées, les prestigieux invités, triés sur le volet, se pressent, en ce jour de l’année 1890, pour admirer la nouvelle fresque du grand salon de l’Hôtel de Ville, peinte par Aimé Morot.
Imaginez la surprise de ces personnages distingués, lorsqu’ils reconnaissent, parmi les jolies nymphes du plafond, la fille d’un notable très en vu de Nancy, représentée entièrement nue par le peintre, qui est aussi… son amant !

Oh my God !
Article et photo©PFDebert

notable

Laisser un commentaire