Panpan, gardien de « Mon tempé », chartreuse de Madame de Boufflers

tempe4

(*la vallée de Tempé était consacrée au culte d’Apollon)
La marquise de Boufflers, favorite du roy Stanislas, est la muse de la cour de Lorraine. Sa personnalité y attire philosophes, et grands esprits de l’époque.

Aimant les arts, la musique, le jeu, la marquise multiplie aussi, les amants ! On dit que le premier d’entre eux fut François Devaux qu’elle surnommait, mon Veaux !

Le jeune « lecteur du roy », surnommé aussi Panpan, lui voua un amour éternel et fut aussi le farouche gardien de « Montempé », son ancienne chartreuse, qu’il acheta à la mort du roy et qu’il occupa entre 1767 et 1780 (elle fut vendue ensuite à un officier des gendarmes rouges).

Les vestiges actuels de la chartreuse, quai des Petits-Bosquets, pourraient être les ruines de ce fameux Tempé !

« Quand nous l’avons perdu ce Platon couronné, …/…
Tout a fui son tombeau, tout a fui vers Paris …/…
De sa présence auguste autrefois honorée,
Ma chartreuse lui dut ses embellissements.
Et d’arbres, et de fleurs, par ses ordres parée,
Fut le théâtre heureux de nos amusements.
Vous y suiviez Boufflers, quand, des jeux entourée,
Boufflers y rassembloit l’esprit, et tous les goûts.
Ils s’y seroient encor rassemblés près de vous’
Mais de ces tristes lieux, pour jamais exilées,
Les grâces avec elle, avec vous envolées,
Ont privé mes jardins de leurs plus chers appas;
Hélas’ je n’v vois plus l’empreinte de vos pas
Sur le sable de mes allées. »
Panpan à Mme la marquise de Lenoncourt.
Article©PFDebert, source

tempe5

Laisser un commentaire