Farinelli

Film réalisé par Gérard Corbiau, 1994.

La prouesse de ce film est  la reconstitution de la voix « magique » de Farinelli.
Cette voix synthétique, créée par l’IRCAM, est l’association de deux voix, celle d’un contreténor et celle d’une soprano colorature, mélangées avec un procédé proche du morphing utilisé dans les arts graphiques.« Naples le vit naître et les sirènes furent vaincues par lui lorsqu’elles comparèrent leur chant au sien. La Renommée le guide à présent sur les scènes britanniques, et son nom est Prodige et Enchantement ». Traduction du poème au coin inférieur gauche de la gravure ci-dessous du portrait de Farinelli par Jacopo Amigoni.

Farinelli8

Farinelli4  Farinelli2

Farinelli7 Farinelli6

 

2 Replies to “Farinelli”

  1. A-M Ivankov-Diaz dit : Répondre

    Bonjour,
    Nous ne saurons jamais vraiment ce qu’étaient les voix des castrats napolitains (dont la vie est bien décrite dans le roman « Porporino ou les Mystères de Naples » de Dominique Fernandez) puisque (Dieu merci !) la mutilation qu’avaient à subir les garçons pauvres pour parvenir à cette tessiture si particulière n’est plus de mise.
    Mais il est vrai que le film (très beau visuellement) de Gérard Corbiau est, comme vous l’écrivez, « une prouesse (technique) par la reconstitution de la voix « magique » de Farinelli ». Sans être en rien spécialiste de l’opéra, à l’époque de la sortie du film en salles j’avais été fascinée, comme bien d’autres, par le « rendu » de cette voix et la prouesse technique du mélange de deux voix pour recréer celle du castrat.
    Des années plus tard en découvrant le chanteur Philippe Jaroussky je m’étais dit « Pourquoi faire appel à tant de technique quand la nature peut offrir des voix -presque- similaires à celle de Farinelli ? »
    Je n’étais pas la seule à penser comme cela puisque sur Youtube on peut trouver un montage d’un extrait du film avec l’aria « Cara sposa », chantée par Philippe Jaroussky. L’effet est bluffant.
    https://www.youtube.com/watch?v=J8HuTVSB4Yw

    Jaroussky chante aussi « Lascia chio pianga », l’aria que vous proposez en extrait du film « Farinelli ». Une voix divine de notre époque, obtenue sans la cruauté mutilante.

    1. Bonjour merci pour vos commentaires qui enrichissent à chaque fois les articles ! J’ai écouté Philippe Jaroussky en suivant le lien que vous partagez, mais, si je trouve qu’il chante divinement bien, je trouve que le montage sur l’extrait n’est pas très raccord et l’émotion de « Farinelli » étant produite par une tension allant crescendo tout au long du film, sa voie montée sur l’extrait sorti de son contexte ne produit pas, je trouve, l’effet « miraculeux ».
      Mais la voix de Jaroussky est incroyable et je pense faire un petit article sur lui, grâce à vous !
      Merci encore et à bientot j’espère
      Pascale

Laisser un commentaire