Le « tour d’abandon » de l’église de l’hôpital des enfants trouvés, ancien noviciat des Jésuites de Nancy

Très émouvant : une personne originaire de Nancy témoigne (sur la page dédiée à la pétition pour sauver l’église du noviciat) que son arrière-arrière-grand-père fut déposé dans le « tour de cette église » en 1812 avant d’être adopté. (sic)
Depuis toujours, les orphelins pauvres ont été protégés en Lorraine.
En 1774, est louée, une maison particulière sise rue Saint-Dizier à Nancy sur le site de l’ancien noviciat des Jésuites.
L’Hôpital a en permanence à sa charge 600 à 800 enfants, malgré une sévère mortalité.
En 1811, l’hôpital adopte un système de tour pivotant, appelé « tour d’abandon »; sorte d’armoire cylindrique avec un guichet pour y déposer l’enfant. Ce tour muni d’une sonnette permet d’alerter rapidement les personnes chargées de recueillir l’enfant, évitant ainsi de mettre sa vie en danger.
Ce tour d’abandon est probablement intégré à la porte de l’église ?
Après la révolution, l’ « Hôpital des Enfants Trouvés » est renommé « Hospice des Enfants de la Patrie » !
Voici le lien vers la pétition pour sauver l’ancienne église du noviciat des Jésuites, menacée d’être réduite à un simple décor de théâtre.

Salle de l’hôpital des enfants trouvés, ancien noviciat des jésuites – Nancy
Tour d’abandon français du XVIIIe siècle (Musée de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, Hôtel de Miramion (Paris))

Le tour d’abandon du monastère de Santa Chiara, Naple
L’entrée du monastère jusque à 1924 quand il était occupé par les Clarisses se faisait par le grand portail du vestibule qui constituait la limite du cloître. La tour d’abandon était reliée à une embrasure à arc rabaissé à proximité du portail d’entrée.
La roue pivote et a deux compartiments superposés de manière à recevoir au cours de la même « rotation ». Le petit trou en forme de trèfle permettait de voir le contenu du compartiment ouvert à l’extérieur.  » Complesso di Santa Chiara, Napoli.
Article de Loïc Stelitano, un grand merci à mon envoyé spécial !

Laisser un commentaire