Propriété royale de Romesnil, un petit bijou à visiter en Normandie !

Le château de Romesnil est construit en 1750 pour pour Louis-Auguste de Bourbon, Prince de Dombes, fils du duc du maine (fils légitimé de Louis XIV et de la Montespan) et de la duchesse du Maine (petite fille du Grand Condé, duchesse punk qui conteste la succession de Louis XIV).
Le prince de Dombes est donc petit fils de Louis XIV et il est surtout immensément riche, puisqu’il hérite du comté d’Eu en Normandie, du duché d’Aumale et de la principauté de Dombes.
Son château de Romesnil est élevé au beau milieu de la forêt d’Eu pour lui servir de rendez-vous de chasse.
Connu pour avoir un caractère revêche, irascible, peu sociable et dur avec ses sujets, le prince meurt en 1755 à 55 ans à cause de son affreux caractère(1).
Après sa mort et celle de son frère, le château appartiendra à Louis XV, puis il est acheté par le duc de Penthièvre qui le cède à un maître verrier, monsieur Libaude, en 1777.
Son propriétaire actuel, qui pour la petite histoire, découvre au cours de ses recherches sur le château qu’il est descendant indirect de ce maître verrier, restaure ce magnifique domaine depuis 37 ans, avec passion, afin de lui redonner son aspect d’origine, et plusieurs pièces du rez de chaussée ont déjà retrouvé leur « royal » cachet.
(1) la mort du Prince:
Le lieu dit sur la route de Versailles à Paris situé au niveau d’Auteuil fut appelé « Point du jour » en mémoire d’un duel entre le prince de Dombes et le marquis de Coigny, un duel fatal pour ce dernier qui avait osé traiter le prince de Dombes de « Légitime ».
Le fils du feu marquis de Coigny fut élevé par sa mère dans une telle haine du Prince de Dombes, qu’il l’affronta lui même aussi en duel en 1755, le tuant, vengeant ainsi la mort de son père.
Photographies et article ©PFDebert2019

Le château coté jardin
Couloir du premier étage
Une chambre du premier étage restée dans son jus
Minuscule chapelle à gauche de l’alcôve d’une chambre du premier étage
Salon avec ses boiseries, ses peintures, son parquet, et sa cheminée d’origine

Laisser un commentaire