Chocking ! Le secret de la Belle et la Bête


Madame Leprince de Beaumont, auteur (lorraine) connue pour sa version de La belle et la bête, a non seulement plagié mais elle a aussi censuré la version originale de madame de Villeneuve (qui elle même la tenait d’un conteur italien ! (les contes appartiennent à tout le monde)
Dans la version de madame de Villeneuve (beaucoup plus intéressante), la bête, qui soit dit en passant possède une « trompe d’éléphant », demande par exemple à la Belle, non pas “Voulez-vous m’épouser ?”, mais “Voulez-vous coucher avec moi (ce soir) ?”… ah ben carrément !

On nous fait croire que ce conte est une ode à l’amour vrai, à la beauté de l’âme et du cœur qui s’opposerait au mensonge des apparences, on y prône la vertu, la sagesse, la bonté… en échange de quoi on recevrait des richesses hypra matérielles (palais, bijoux, robes somptueuses, diamants etc)
En bref, l’histoire de ce conte est celle d’une jeune fille qui offre sa vie, par amour pour son père, à une « bête (avec une trompe d’éléphant) », déjà l’amour absolu de la fille pour son père est étrange, mais avec comme « monnaie » d’échange, une rose ? hem, hem, il me semble que la morale est bien loin de tout ça…
Décryptage : Alors c’est en fait un affreux conte qui ne servait qu’à préparer les jeunes filles à des mariages imposés. D’ailleurs sa source ne se trouve pas dans l’antiquité (comme beaucoup ont tenté de le rattacher) mais il est tout simplement inspiré de l’histoire de Pedro Gonzales, gentilhomme de la cour d’Henri II, atteint hypertrichose, c’est à dire la peau entièrement recouverte de longs poils, et dont le mariage est arrangé avec une jeune courtisane qui ne l’a jamais vu (chocking), un mariage organisé par Catherine de Médicis. (mais je vous rassure, ce mariage fut une vrai réussite, ils s’aimèrent et eurent beaucoup d’enfants)
En fait on trouve dans ce conte, la justification des mariages imposés très fréquents à cette époque (XVIIIe siècle), entre hommes âgés, souvent veufs, et filles très jeunes. Il ne restait à ces maris agés qu’à entourer leur jeune épouse de toutes leur richesse, et aux très jeunes femmes à profiter de leurs « vieux » maris (poilus ou pas).
Un vieux secret de manipulation des jeunes filles enfin dévoilé ! Ouf !
Article ©PFDebert2019

Le Petit Oracle des dames ou Récréation des curieux.
Paris, chez la Veuve Gueffier, 1807.
Gallica
Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, née Gabrielle-Suzanne Barbot, par Carmontelle.

Laisser un commentaire