Que servent joyaux et dentelles Pour ce parer? Ah, la richesse la plus belle Est de s’aimer.


Madame de Graffigny, (Lorraine exilée à Paris et star du XVIIIe siècle pour son best seller « Lettres d’une Péruvienne »), est surtout restée célèbre de nos jours pour sa correspondance de plus de 4500 lettres échangées avec son ami de cœur Panpan Devaux, gentilhomme resté à la cour de Lunéville.

Elle confie tous les jours à son ami les potins de la cour, ses maladies, les chansons à la mode etc.
On y apprend qu’elle pétune (elle prise du tabac) et qu’elle joue de la vielle à roue.
Le1er juillet 1739, elle écrit à Panpan :
« Je jouai de la vielle toute la soirée et j’en jouai comme un ange. Bonjour, je n’ai plus rien a te dire. »

La vielle est très à la mode au XVIIIe siècle, les mélodies circulent beaucoup, parcourant les foires, les salons, aristocratiques et bourgeois.
La vie musicale est intense, des musiciens professionnels se produisent dans les concerts publics et les soirées privées et de nombreux nobles pratiquent la musique.

Le dimanche soir [12 octobre 1738], à Demange-aux-Eaux chez madame de Stainville, elle envoie cette chanson à son amoureux ❤️ par le biais de Panpan :
« Au Docteur de ma part. Je ne lui écris pas parce que je le crois en campagne. Tu lui diras qu’il trouve l’air comme il pourra, que je l’ai copié sur les tons de ma vielle. Il faut le chanter très lentement et dans le goût de romances plaintives. En voici encore un couplet que je ne hais pas :
Pourquoi rompre ce mariage,
Méchants parents ?
Ils auraient fait si bon ménage
A tout moment.
Que servent joyaux et dentelles
Pour ce parer?
Ah, la richesse la plus belle
Est de s’aimer.
C’est l’air a la mode a Paris a présent.»
Article et gif © PFDebert2019
Centre du Patrimoine Immatériel

One Reply to “Que servent joyaux et dentelles Pour ce parer? Ah, la richesse la plus belle Est de s’aimer.”

  1. Délicieux !!!! Merci bien !
    Marta Resende

Laisser un commentaire