« Il ne s’agirait que d’avoir chacun sa boite ! » Le téléphone portable pressenti par Diderot 100 ans avant l’invention du télégraphe !

Laissant galoper son imagination après avoir vu un numéro de Nicolas-Philippe Ledru alias Comus, scientifique considéré comme prestidigitateur illusionniste, Diderot à le pressentiment de la téléphonie actuelle !

Alliant la science et l’amusement, Comus (Nicolas-Philippe Ledru aussi connu sous le nom du comte de Falkenstein) réalise dans son cabinet, situé boulevard du Temple, à Paris, des expériences considérées comme « magiques », sur le son, la lumière, l’électricité, le magnétisme, l’incompressibilité de l’eau, et la transmission des sons à distance !

Et voici ce que rapporte Diderot dans une des ses lettres à Sophie Volland datée de 1762 :
 » Ce Comus est un charlatan du rempart qui tourne l’esprit à tous nos physiciens. Son secret consiste à établir de la correspondance d’une chambre à une autre, entre deux personnes, sans le concours sensible d’aucun agent intermédiaire. Si cet homme-là étendait un jour la correspondance d’une ville à une autre, d’un endroit à quelques centaines de lieues de cet endroit, la jolie chose ! Il ne s’agirait plus que d’avoir chacun sa boîte ; ces boîtes seraient comme deux petites imprimeries, où tout ce qui s’imprimerait dans l’une, subitement s’imprimerait dans l’autre… « 
Article©PFD2020
Mémoires de Diderot tome1
(Le téléphone acoustique , c’est à dire la transmission du son à travers un cable tendu avait été inventé par le physicien anglais Robert Hooke en 1667)

Portrait de Denis Diderot, Collection des Grands Hommes, (1713-1784), philiosophe, écrivain, encyclopédiste

Alix, Pierre Michel , Graveur d’après Van Loo, Louis Michel , Peintre
Vers 1793

Laisser un commentaire