Gabriel de Saint-Aubin – Paris Bohème et premier selfie !


[Famille de Saint Aubin, focus sur Gabriel]

Ils sont plusieurs dans la fratrie de Saint-Aubin à dessiner et à être connus. A vrai dire, tous les enfants (7) de Germain de Saint-Aubin sont des artistes !
Gabriel, Augustin, Germain, Catherine, Agathe, Michel et Athanase héritent des dons et talents de leur père « maître brodeur » (jusqu’à ses petits enfants, dont Marie-Françoise de Saint Aubin, également pastelliste !)

Il faut donc imaginer qu’ils sont tous nés un crayon, un pastel, ou probablement un fusain à la main.
Gabriel de Saint-Aubin (Paris, 14–04–1724 – Paris, 14–02–1780), sera le plus prolifique, il observe et dessine tout ce qu’il voit et ce qui l’entoure.
On est en 1760, et c’est le Paris de Diderot, un Paris Bohème avec ses rues animées, ses cafés…
Gabriel aime être au cœur de l’animation. On l’imagine, grâce à ses nombreux dessins, errant dans les cafés, les salons, toujours le nez en l’air ou penché sur son carton. Un bâillement, une attitude, il « croque » tout naturellement et sans artifice la vie de ce Paris bohème dont rien ne lui échappe !
Ces croquis extrêmement modernes et très « jetés » sont très proches des images d’aujourd’hui, avec des « arrêts sur image » pris sur le vif d’une réalité quotidienne,
Gabriel semble vouloir saisir la vie dans sa fugacité, il dessine, il dessine sans cesse, nous proposant 250 ans plus tard de plonger avec lui dans le Paris des Lumières !
Il est très connu aussi pour avoir illustré de croquis les catalogues de ventes aux enchères et des salons de son époque.
© PFDebert 2020

Gabriel de Saint-Aubin © photo RMN – Thierry Le Mage

Scène de jeu dans un café, dessin de Gabriel de Saint-Aubin.
photographie du dessin Albert Brichaut (vers 1901)
© Musée de Paris

Laisser un commentaire