Les spectres

Mme de Staal reçoit chez elle Emilie du Châtelet et son amant, Voltaire. Accaparés tous deux par leur travail, ils ne sortent pas de leur chambre et elle ne les voit pas de la journée. Elle écrit alors cette anecdote très drôle à leur sujet :
« Nous avions perdu de vue Emilie et Voltaire, mais ils parurent à minuit, comme deux spectres, avec une odeur de corps embaumés qu’ils semblaient avoir emportés de leur tombeau; on sortait de table; c’étaient pourtant des spectres affamés… »
Correspondance de Mme de Staal à Mme du Deffand
Article © Pascale Fourtier Debert

Laisser un commentaire