Dépendance d’une ancienne chartreuse de Stanislas

chartreuseVoici une survivante de l’ensemble de petites maisons, qui composaient les Chartreuses de STanislas, celle-ci fut probablement une dépendance de ces petites maisons bucoliques (photo ci-dessus de 1970), que le Roy avait fait construire pour ses courtisans le long du grand canal des jardins du Château de Lunéville. Ces derniers devaient y cultiver leurs propres légumes et inviter le roi… à les déguster. Les Chartreuses servaient aussi de boudoirs aux favorites, endroits rêvés pour leurs soupers libertins,…
Cette dépendance rescapée est actuellement un abri de jardin, seul reste le potager, difficile d’imaginer qu’elle faisait partie d’un jardin et d’un pavillon réservé au libertinage !

 

Ce terrain tout au bout de la rue des Petits-Bosquets était celui de la chartreuse de Mme de Boufflers, qui fut vendu à la mort du Roy à son ami, Panpan Devaux pour 300 livres.
Il existe énormément de textes et de poèmes sur cette chartreuse, écrits par le « lecteur du Roy » qui en fit son « havre de paix » de 1767 à1779, 12 ans pendant lesquels il invite tous ces amis et fait même appel à son « réseau », en solllicitant son ami d’enfance le ministre Choiseul, pour ouvrir une porte sur le grand canal ! (ce que la gendarmerie de Lunéville lui avait formellement interdit)

DERNIER_CHARTREUSE2

porte_chartreuse

Probablement la porte que Panpan Devaux fit construire du coté du canal, pour laquelle il sollicita son ami d’enfance, le ministre Choiseul.
ndlr : propriété privée non visitable

Laisser un commentaire