Le règne des magots

_MG_7347

Une mode très curieuse du XVIIIe est de garnir son boudoir ou son salon de figurines de porcelaine appelées magots ou pagodes, représentant des Chinois à gros ventre bougeant (ou pas) la tête, pour s’entendre dire par les beaux esprits :
« Comme il est laid ! Il ressemble comme deux gouttes d’eau à votre benêt de mari. »
Emilie en possède des dizaines qu’elle s’amuse à mettre en mouvement tous ensemble ! (suivant les dire de Madame de Graffigny)
Diderot ridiculisa cette mode de collectionner ces magots en les qualifiant de « colifichets précieux dont la nation s’est entêtée » disant aussi « Le règne de Louis XV est celui des magots ».

Laisser un commentaire