Terrible chasse aux loups dans la forêt de Marimont-les-Benestroff

bleau_foret_loup_six_chiens_oudry

 

 

En 1792, Marie-Lucie Falconet (fille unique de la sculptrice Marie-Anne Collot) et son époux Antoine Jankovitz (commandant de la garde nationale à Lunéville et descendant d’aristocrates hongrois au service du roi Stanislas) s’installent dans le domaine de Marimont (Lorraine).

Ils ont un fils unique, Anselme, qu’ils chérissent plus que tout au monde. A 24 ans seulement, cet enfant surdoué est docteur en droit et lieutenant de louveterie, il est donc promu à un bel avenir.
Mais tout bascule pour la petite famille le 9 janvier 1730, le jour où Anselme revient d’une chasse aux loups le genoux en sang, fracassé par une balle qu’il a tiré lui même accidentellement, le coup étant parti inopinément au moment où il remontait à cheval. Il meurt le 22 janvier dans d’atroces souffrances, laissant ses parents désemparés.
En 1732, Marie-Lucie et Antoine Jankovitz tentent de surmonter leur chagrin et partent en Hongrie à la recherche d’un héritier qui porterait leur nom. Ils adoptent un jeune garçon, Vincent-Ferdinand-Joseph Jankovitz, qui n’a que 12 ans.
En 1747, ils font construire à Marimont une chapelle dans laquelle ils transférent les reste de leurs chers disparus, Anselme et Marie-Anne Collot (1821), puis peu à peu ils délaissent leur domaine pour ne plus y revenir.
Voici l’épitaphe que l’on peut lire sur une pierre tombale laissée au cimetière de Bourdonnay :

« Ici a été déposé le corps du chevalier Anselme-Stanislas-Maurice-Firmin-Léon de Jankovitz de Jeszenicze d’origine hongroise. Docteur en droit. Lieutenant de louveterie. Fils unique enlevé à ses infortunés parents le baron de Jankovitz député de la Meurthe et dame Marie-Lucie Falconet, par une affreuse catastrophe de chasse aux loups du 9 janvier.
Né à Nancy le 23 février 1806, mort dans sa terre de Marimont le 22 janvier 1830 »

Marimont est à quelques kilomètre du parc animalier de Sainte-Croix
(un immeuble de la famille Jankovicz se situe dans l’actuelle rue Gambetta, à Lunéville, ils possédaient aussi une maison rue de la Source à Nancy. La chapelle est toujours visible et vient d’être restaurée)
Source : http://www.chapelle-marimont-bourdonnay.org/
Article ©PFDebert

anselme

 

Laisser un commentaire