Les fruits défendus, par Anne Vallayer

vallayer12
Anne Vallayer (1744 – 1818), peintre officielle de Marie-Antoinette, est aussi douée pour les natures mortes que Jean-Baptiste-Siméon Chardin (elle est cependant bien moins connue).
Fille d’orfèvre de la cour, elle passe son enfance dans la manufacture de tapisserie des Gobelins où résident ses parents. Elève de Madeleine Basseporte et de Joseph Vernet, Anne Vallayer entre à l’académie royale de peinture en 1770 (elles sont douze femmes à cette époque à l’académie).
Ses natures mortes rivalisent avec celles du maître « Chardin ».
Traduisant une sensibilité introspective, ses œuvres révèlent tout un monde intérieur à partir de détails du quotidien.
Inspirées par les natures mortes et les « vanités » des maîtres flamands du XVIIe siècle, ces compositions sont souvent riches de symbole, les fruits par exemple ont des valeurs symboliques, les cerises évoquent les fruits du Paradis, les pommes et les pêches le fruit défendu, les raisins la rédemption et l’intérieur de la noix la Croix du Christ (tout un programme !)
Son travail semble scruter et traduire « À l’infini » le monde visible de la beauté des choses et leur précarité,….
 
Article ©PFDebert
Anne VALLAYER-COSTER, Nature morte aux pêches, 1780

vallayer13

 

vallayer6

 

vallayer7

 

vallayer8

 

vallayer9

 

vallayer5

 

vallayer10

 

vallayer11

Laisser un commentaire