Des ambiances à la « Hopper » pour Jean-Etienne Liotard, ou, Des ambiances à la « Liotard » pour Edward Hopper

liotard13

Tout à fait étonnant pour son époque, Jean-Étienne Liotard crée des ambiances extrêmement dépouillées, sortant des standards du XVIIIe, et qui sont littéralement bluffantes même à notre époque !
Adélaïde (petite fille de Stanislas) lisant, par exemple, pourrait très bien lire dans un intérieur contemporain.
Hasard ou inspiration, ce sont les même couleurs et le même dépouillement des décors qu’utilisera Edward Hopper dans son œuvre pour plonger ses sujets dans une sorte de solitude.
Hopper se serait-il inspiré des toiles de ce peintre genevois ?
On sait que le peintre américain a sillonné l’Europe pour se familiariser avec les œuvres des grands maîtres du Vieux Continent, il a donc probablement vu les toiles de Liotard.
Les cadrages (compositions) des tableaux du peintre suisse (peints fin du XVIIIe) sont révolutionnaires (avant l’heure), la composition y est très architecturée, ses perspectives sont bluffantes ! Les décors sont composés de façon extrêmement sobre, et les ombres très subtiles de ses ambiances plongent elles aussi ses personnages dans une sorte d’introspection.
Article ©DRPFDebert
Jean-Étienne Liotard, (1702- 1789), est un peintre, dessinateur, pastelliste et graveur prolixe, il peint de nombreuses personnalités comme Marie-Antoinette ou Adelaïde de France mais aussi des gens simples tels que cette jeune servante dans un tableau appelé « la Chocolatière ».

liotard17

liotard16

liotard15

liotard14

liotard13

liotard12

liotard11

liotard10

liotard9

liotard8

liotard7

liotard4

liotard3

 

Laisser un commentaire