L’art de pétuner

Le tabac est très à la mode au XVIIIe siècle, hommes et femmes pétunent et possèdent des tabatières en or incrustées de pierres précieuses ou de nacre qui servent aussi, et bien souvent, à épater la galerie.
Ils posent pour leur portrait avec leurs tabatières ou se retrouvent eux mêmes peints sur leurs tabatières ou leurs boites à priser.
Pétuner est un véritable art de vivre et les aristocrates utilisent une multitude d’accessoires extrêmement luxueux liés à cet art : mortiers en argent, en or ou en bois sculpté, poire à priser, râpes à tabac en ivoire, boites à priser en or ou émaillées, pipes en os ou ivoire, et pots à tabac luxueux…
Le tabac provient des « Amériques » et arrive pressé et conditionné sous forme de carotte (d’où la célèbre enseigne des buralistes).
On l’utilise aussi comme médicament à l’instar du chocolat !
Le verbe pétuner vient du mot pétun : tabac, et on l’utilise aussi bien pour fumer que pour priser du tabac.
Madame de Grafigny pétune…
Article©PFDebert

Poire à priser XVIIIe siècle
©musée national de la Renaissance
Ecole française du XVIIIe siècle
Portrait de femme au mortier, probablement la comtesse de Brionne
Aquarelle gouachée ©Artcurial
Portrait d’une dame à la tabatière. Ecole de Jean-François Delyen.
Huile sur toile d’époque du XVIIIe siècle.©GalerieValtesse
Portrait d’homme à la pipe, école suisse 18e siècle, Atelier de Jakob Emanuel Handmann
Huile sur toile d’origine ©Galerie Laury-Bailly

Laisser un commentaire