Clair obscur, Les dames du bois de Boulogne à voir sur arte

Sur la trame de Madame de La Pommeraye (roman de Diderot qui inspira aussi Emmanuel Mouret pour mademoiselle de Joncquières), Les dames du bois de Boulogne, tourné en 1944 par Robert Bresson, est un petit chef d’œuvre de romantisme digne de cette époque d’après guerre, dans le style du film Les enfants du Paradis (1945).
Le jeu théâtral de Maria Casarès, renforcé par les très beaux dialogues de Jean Cocteau, illumine le film du début à la fin qui n’est cependant pas aussi cruelle que dans le roman original… et qui est un peu plan-plan dommage !
La tonalité très réussie du film en « clair obscur » à l’exemple de son titre sans équivoque aurait mérité peut être plus de « sfumato » vers la fin.
Article©PFDebert

Laisser un commentaire