Mme de Graffigny lance la mode « à la Péruvienne »

Madame de Graffigny ne s’attendait pas à rencontrer un tel succès en écrivant son roman épistolaire « Lettres d’une Péruvienne », et cependant elle va devenir la femme de lettres la plus connue de la fin du XVIIIe siècle, plus de 45 éditions de son ouvrage verront le jour.
Véritable Madonna de son époque, on la reconnait dans la rue, on l’adore, on l’adule, et la bonne Grosse se voit comme « dame de la fête ».
Une nouvelle mode, dite « à la Zilia » soit « à la Péruvienne » envahit littéralement Paris.
On se coiffe et s’habille « à la Péruvienne » et les dames de l’aristocratie se font « portraiter » avec des plumes dans les cheveux et portant des étoles chatoyantes.
Notre bonne grosse Lorraine trouve tout de même cela assez ridicule… :
 » à Devaux
Mardi matin, 18 juillet 1752
Nous nous separames a cinq heures. J’alai prendre Minette pour aller voir une poupée que le Furstemberg a fait habiller pour porter les modes a sa femme ; et puis nous revi[n]mes ici, ou elle resta jusqu’a neuf heures. Chez cette marchande nous fumes fort surprise de voir des coeffurs toutes nouvelles que l’on nome a la Zilia. C’est la plus ridicule chose du monde. Cette femme ne me connoissoit pas.
Ce vilain Furstemberg me fit connaitre et je fus fort embarassée des venerations de cette marchande. »

Lettre 1894
Correspondance de mme de Graffigny
Dédicace le 20 septembre des « Petits riens de Mme de Graffigny » et soirée au château de Vandeléville le 23 septembre.
Réservation ici pour Vandeléville
06 79 88 08 14

Laisser un commentaire