Anne-Charlotte, abbesse de Remiremont

Anne_Charlotte_of_Lorraine_(Abbess_of_Remiremont)_by_an_unknown_artist

Il y avait en Lorraine quatre abbayes : Remiremont,
Poussay, Épinal et Bouxières. C’est là qu’étaient élevées les jeunes filles de la plus haute noblesse jusqu’au moment de leur mariage.

Le roi Stanislas fait un royal geste envers les duchesses de la Maison de Lorraine. (chassées de leur duché par Louis XV). Il nomme Anne-Charlotte (fille de Léopold) abbesse de la prestigieuse Abbaye de Remiremont le 10 mai 1738. Elle n’a alors que 23 ans, et un tel titre la met quasiment au rang des princes souverains puisque cette abbaye, uniquement composée de dames de haute noblesse et dont le domaine temporel englobe un grand nombre de villages, ne relève que de l’autorité du pape !
Anne-Charlotte y fait construire un somptueux palais abbatial par l’architecte Jennesson qui avait déjà construit l’église Saint-Sébastien de Nancy.

Pour être admise à Remiremont, il fallait prouver contradictoirement devant le chapitre assemblé soixante-quatre quartiers de noblesse, c’est-à-dire faire preuve de neuf générations chevaleresques dans les deux lignes paternelle et maternelle. Louis XIV et Louis XV n’auraient pu faire admettre leurs filles dans le célèbre chapitre parce qu’elles avaient du sang de Médicis dans les veines.

Parmi les chanoinesses de haute noblesse qui furent accueillies dans cette prestigieuse abbaye, Catherine de Beauvau, future marquise de Boufflers et future maîtresse de Stanislas, y fit un passage obligé et elle conserva toujours un agréable souvenir de cet endroit où elle passait tout son temps à chanter, à jouer et à danser.
L’habit d’église des dames chanoinesses était un long manteau bordé d’hermine. Cet uniforme n’empêchait nullement les chanoinesses d’être coiffées comme à la cour; de porter des diamants, des colliers, des rubans, etc.

L’abbaye de Remiremontremiremont chanoinesse

Article © DR Pascale Fourtier Debert
Illustration © DR

One Reply to “Anne-Charlotte, abbesse de Remiremont”

  1. […] luxe et plaisirs étaient de mise au sein de l’abbaye… ! Les chanoinesses de Remiremont, ne voulant pas abandonner les privilèges dus à leur statut de jeunes filles de très haute […]

Laisser un commentaire