Bonnie and Clyde à Versailles

jeu-emilie

Emilie est invitée au prestigieux  » jeu de la Reine  » (Marie Leszczynska), avec son amant Voltaire qui n’est que roturier. Seulement voila, la marquise du Châtelet, aveuglée par sa passion du jeu, ne voit pas qu’elle joue et perd contre des tricheurs, ils sont très nombreux à Versailles…
Voltaire, après lui avoir prêté une somme considérable, veut alerter sa belle et lui glisse à l’oreille en anglais : « Vous ne voyez donc pas que vous jouez avec des fripons ! » . Malheureusement, un des joueurs a compris et traduit les mots de Voltaire.
Des « fripons », au jeu de la Reine, un roturier a osé accuser ces aristocrates distingués, l’outrage est sérieux, l’insulte suprême, et Voltaire et Emilie, menacés de la Bastille, n’ont plus qu’à prendre leurs jambes à leur cou…
Article PFDebert
Marquise en bleu et jaune (couleurs préférées d’Emilie), la table de jeu © ollivier Barthélémy, musée Cognacq-Jay
Eseigne du magasin « Au singe verd », magasin où se rend Emilie du Châtelet pour acheter ses jeux de cavagnoles et autres © Archives départementales de Haute-Marne

La marquise du Châtelet est connue pour ne porter que des robes bleu et jaune en raison des armes de sa famille Tonnelier de Breteuil et elle porte constamment une palatine, collier de ruban ou fourrure autour du cou. Ce tableau même s’il est peint bien après est probablement un clin d’œil à cette anecdote !

singe-verd

 

044jeu10-1

2 Replies to “Bonnie and Clyde à Versailles”

  1. Une palatine autour du cou ? Le mot vient-il de La Palatine, belle sœur allemande de Louis XIV, épouse de Monsieur duc d’Orléans, frère de Louis XIV ?

    Peut-être que cette dernière mit cet ornement à la mode, mais je n’en suis pas sûre….

    1. bonsoir Claire, merci pour tes commentaires, voici l’explication de la palatine !
      Ainsi nommée de la princesse palatine, seconde femme du duc d’Orléans, frère de Louis XIV. L’occasion en est expliquée par la princesse :  » Aussi suis-je en ce moment très à la mode ; tout ce que je dis ou fais, que ce soit raisonnable ou absurde, tous les courtisans l’admirent ou s’extasient ; jugez-en vous-même ; j’ai eu l’idée, par le froid qui règne, de reprendre une vieille fourrure, afin d’avoir plus chaud au cou ; voilà qu’aujourd’hui tout le monde en commande sur le même patron, c’est la plus grande mode du moment, Lettre du 14 déc. 1676, dans Revue german. t. XXI, p. 176.
      Amicalement

Laisser un commentaire