Le peintre qui aimait « trop » les enfants ?

(je précise que c’est un questionnement et non une accusation, le tableau de sa propre fille parle pour elle)

Je ne sais pas vous, mais les tableaux de Greuze représentant des enfants m’ont toujours mise mal à l’aise.

Et ce malaise est tout à fait légitime puisque les scènes des tableaux de ce peintre, Petite fille à l’oiseau mort, L’oiseau mort, La cruche ou Le miroir cassé-e, sont dignes d’un grand pervers cynique et même probablement « pédophile » ?

L’oiseau mort, la cruche et les œufs cassés étant depuis toujours des métaphores de la virginité perdue,  ces scènes représentant de très jeunes enfants nous laissent effarés. D’autant plus que sa propre fille, Anna Greuze, peintre elle aussi, semble dénoncer son propre viol en peignant une enfant empêchant sa poupée de parler.

L’enfant et la poupée par Anne-Geneviève Greuze.

Etonnant, non ? pour un peintre dit moraliste ?

Est-ce la raison pour laquelle Diderot s’éloigna de ce peintre… j’aime à penser que oui.

Quand on pense que ces images sont reproduites sur des boites de chocolats !

Je ne suis pas la seule à penser cela, voir aussi  « Greuze ou l’inceste », ici un article de Libération sur une exposition sur ce thème : « Stratégies sexuelles dans l’art d’occident » et qui a fait polémique !

L’oiseau mort

One Reply to “Le peintre qui aimait « trop » les enfants ?”

  1. merci à nouveau Pascale!!!
    de nous faire découvrir cette symbolique , troublante en effet lorsque l’on voit ces quatre peintures rassemblées
    Cela dit quel peintre!!! « que ce Greuze »
    et le tableau de sa fille est également sublime …. et émouvant après la découverte de la symbolique sur laquelle vous attirez notre pauvre regard…..

Laisser un commentaire