Voltaire était « Papa » et même « Grand-Papa » !

Le saviez-vous ?
Marie-Françoise Corneille Chiffon (1742-1805) est la première fille adoptive de Voltaire.
Le philosophe, sensible à l’histoire et à la vie miséreuse de cette enfant, que l’on dit à l’époque « descendante du grand Corneille », l’accueille dans son château de Ferney, et touché par son caractère charmant, décide ni plus ni moins de l’adopter.
Il la dote d’une confortable pension afin qu’elle puisse se marier.
Le voila Papa, pour la première fois ! Et même Grand-Papa puisque après avoir marié sa petite « Corneille » à Claude Dupuits de La Chaux, dont elle était tombée amoureuse, il ne tarde pas à héberger aussi le fruit de leurs amours, une petite fille prénommée Adélaïde, née en 1764.
Tout ce petit monde vit à Ferney jusqu’en 1769, puis la famille s’établit dans une campagne proche, Maconnex, non loin du château de grand-papa Voltaire…

La deuxième fille de Voltaire se nomme Reine Philiberte Rouph de Varicourt (1757-1822). Fille d’un voisin de Voltaire la pauvre enfant est destinée au couvent, mais que nenni, c’est sans compter sur Papa Voltaire…
La jeune fille s’installe à Ferney en tant que dame de compagnie de Madame Denis. Elle a 19 ans.
Voltaire la surnomme rapidement « Belle et Bonne », et ne tarde pas à l’adopter elle aussi.
Il la marie, le 12 novembre 1777, dans la chapelle du château, à l’un de ses amis, Charles, riche marquis de Villette.
Le marquis est surtout connu pour ses frasques, mais Voltaire l’adore.
Pour Belle et Bonne, c’est le coup de foudre et elle s’installe avec son mari dans l’hôtel de Villette à Paris (actuel quai Voltaire) ; c’est là que Voltaire les rejoint le 10 février 1778 et où il meurt le 30 mai dans une chambre du deuxième étage sur cour.
Illustration : Scène galante. Dessus de porte du château de Ferney.

Belle et Bonne

Laisser un commentaire